La seule Église romane à l'Île d’Elbe où sont encore célébrées les fonctions religieuses

Depuis la départementale qui conduit à Bagnaia, il faut prendre à droite une petite route entourée de cultures et de vignes ; après une brève montée entre les oliviers on arrive à l'église de Saint Étienne dans la localité Le Trane (le nom vient de l'ancienne communauté des "Latrani" qui y habitaient).

Depuis ce lieu sacré qui se dresse en hauteur, la vue sur la rade de Portoferraio et la Plaine des Magazzini est magnifique. L'édifice date de la seconde moitié du XIIè siècle et est dédiée à Saint Étienne, le premier des Chrétiens à avoir offert sa vie pour sa foi, en tant que diacre de l'Église de Jérusalem.

Sa structure, en rangées horizontales de blocs de calcaire alberese, avec des tonalités qui vont du blanc ivoire au marron clair, est encore aujourd'hui bien conservée ; l'architecture et le style typiquement roman-pisan sont bien visibles. En effet, l'église possède une seule nef de plan rectangulaire se terminant par une abside semi-circulaire, bâtie selon l'axe longitudinal est-ouest, alors que le clocher-mur, présent sur la structure originale, a malheureusement été détruit.

En ce qui concerne la façade, celle-ci présente une décoration originale par rapport aux autres églises romanes du territoire, car elle est composée de trois arcades aveugles en plein cintre s'appuyant sur des lésènes, surmontées à leur tour par des lésènes surmontées d'un entablement. L'unité de l'église est assurée par les décorations externes en marbre blanc, contrastant avec la sobriété et la simplicité de l'intérieur.

Entre le XV et XVIè siècle, l'édifice a subi de nombreux événements tragiques : elle fut pillée par les pirates et les barbares. En 1554, l'invasion de Barberousse la réduit en ruines.

Suite à une restauration aux environ de la moitié du XVIIIè siècle, grâce à l'oeuvre des fidèles, le toit et toute la structure furent de nouveau abîmés en raison de mauvaises conditions atmosphériques ; commencèrent alors les années d'abandon et de décadence. Ce n'est que dans les dernières décennies du siècle dernier que l'édifice fut rénové, ce qui assura sa conservation et sa réouverture au public.

Aujourd'hui, il s'agit de la seule église romane de l'île ouverte au culte et aux fonctions religieuses.

Obtenez un devis gratuit

Chiesa di Santo Stefano alle Trane