Le sanctuaire international pour les Mammifères marins de la Méditerranée

L'Île d'Elbe, ainsi que les autres îles de l'Archipel Toscan constituent le cœur du Sanctuaire International des Cétacés, un espace marin international protégé, créé en 1999 grâce à un accord signé entre l'Italie (où le Sanctuaire pour les Mammifères Marins a été reconnu en 1991 comme une aire naturelle marine protégée), la France et la Principauté de Monaco.

Le Sanctuaire Pelagos (ainsi appelé en France), est géré de manière tripartite et constitue un "écosystème de grandes dimensions" dont l'intérêt scientifique, socio-économique, culturel et éducatif est particulièrement important.

Grâce à l'importante richesse en planctons et en vie pélagique, la zone du Sanctuaire International pour les Mammifères Marins est en effet l'habitat idéal pour la reproduction et l'alimentation des cétacés de la Méditerranée :: rorqual commun, grand cachalot, stenella, baleine-pilote, dauphin de Risso, grand dauphin, baleine à bec d'oie et dauphins communs ainsi que les tortues marines, raie manta et le phoque moine qui semblait avoir disparu.

Parmi les eaux des îles toscanes, il n'est pas rare d'apercevoir des dauphins et des rorquals. A l'Île d'Elbe, ces dernières années, ces incroyables rencontres se sont multipliées à tel point qu'en été des excursions touristiques en bateau sont organisées afin d'observer les cétacés.

Le Sanctuaire International pour les Mammifères Marins a une superficie d'environ 87,500 km² au nord de la Mer Tyrrhénienne qui s'étend de la Provence à la Sardaigne, jusqu'à la Toscane : les points de repère délimitant cet espace sont Pointe Escampobariou en France, Capo Falcone et Capo Ferro au nord de la Sardaigne et Fosso Chiarone en Toscane.

Le Sanctuaire concerne 124 communes françaises (entre la Côte d'Azur et la Corse), 87 communes italiennes (en Ligurie, Toscane et nord de la Sardaigne) et celle de la Principauté de Monaco.

L'accord, entré en vigueur le 21 février 2002, se propose de promouvoir des activités concrêtes et conjointes entre les trois pays signataires afin de protéger les cétacés et leur environnement naturel.

Pour remplir cet objectif, les actions suivantes sont mises en œuvre :

  • intensification de la lutte contre la pollution qui peut avoir un impact sur les mammifères marins et sur leur habitat;
  • suppression progressive des décharges toxiques en mer;
  • interdiction de capturer ou de déranger intentionnellement des mammifères marins;
  • réglementation ou interdiction des compétitions à moteur;
  • adaptation de la loi communautaire en matière de pêche;
  • réglementation des activités touristiques d'observation des cétacés (whale - watching).

Les pays qui ont signé l'accord s'engagent à favoriser des programmes de recherche scientifique ainsi que des campagnes de sensibilisation, en particulier en ce qui concerne la prévention des collisions entre navires et mammifères marins et le signalement d'espèces en difficulté.

Enfin, sur le plan international, ils s'engagent à demander l'inscription du sanctuaire dans la liste ASPIM (Aires Spécialement Protégées d'Importance Méditerranéenne), à encourager d'autres pays à adopter des mesures de protection semblables, en communiquant le texte de l'accord au niveau international.

Obtenez un devis gratuit