Île de Montecristo, une île sauvage et difficile d'accès

L'Île de Montecristo, appelée autrefois Oglasa, est une des îles les plus sauvages et inaccessibles du Parc National de l'Archipel Toscan et constitue une Réserve Naturelle Nationale Intégrale suite au décret ministériel du 4 mars 1971, afin de protéger la nature de l'île, si particulière ; Elle a été aussi déclaréeRéserve Naturelle Bio-génétiquepar le conseil d'Europe en 1988.

Selon une légende, l'origine du nom Montecristo remonterait à Saint Mamiliano, qui, après avoir été fait prisonnier, réussit à s'enfuir et à se réfugier sur l'île, où il vécut dans une grotte appelée ainsi Grotte du Saint ; il rebaptisa l'île du nom de "Mons Christi". En outre, la légende raconte le meurtre courageux de la part de Mamliano d'un terrible dragon ailé guardien de l'île ; sur le lieu de sa mort serait née une source d'eau très pure.

L'île a été rendue célèbre par le roman d'Alexandre DumasLe Comte de Monte-Cristo”, qui narre l'histoire d'un mystérieux trésor caché à Montecristo dans l'Abbaye de San Mamiliano, construite en 1600 par des moines bénédictin.

Montecristo est une île composée pour la plus grande part de granite gris-rose, sa forme ressemble à celle d'une pyramide difficilement accessible. Il n'existe que quelques sentiers permettant d'atteindre les deux plus hauts sommets : MonteFortezza (645 mètres) et Cima dei Lecci (563 mètres). Ses côtes tombant à pic sur la mer ne facilitent pas l'accès à l'île et, en effet, le seul endroit accessible est Cala Maestra, sur le versant occidental.

Les conditions qui ont empêché une influence anthropique à Montecristo, ont au contraire favorisé le développement de la flore et de la faune, de nombreuses espèces autrefois répandues dans toute la zone de l'Archipel. La couverture végétale est constituée d'arbustes typiques du maquis méditerranéen, en particulier romarin, ciste, bruyère, helichrysum, qui constituent un refuge important pour les oiseaux migrateurs.

En ce qui concerne la faune, l'animal le plus fréquent est sans aucun doute la chèvre sauvage ; importée par le passé probablement par les navigateurs, elle s'est aujourd'hui parfaitement adaptée à l'environnement. On trouve également le très rare discoglasso sarde, une grenouille appartenant à la zone sardo-corse. Montecristo est un lieu de passage pour de très nombreux oiseaux migrateurs et abrite s'importantes espèces d'oiseaux de mer, dont le Goéland d'Audouin et le Puffin des Anglais ; parmi les rapaces, on peut apercevoir la Crécerelle, le rare aigle royal ainsi que quelques grands corbeaux.

De plus, on trouve à Montecristo certaines espèces endémiques de reptiles, parmi lesquels la couleuvre verte et jaune et la vipère de Montecristo.

L'environnement marin est lui aussi particulièrement riche puisque l'on trouve, sur les fonds marins des étendues de posidonies, d'anémones de mer, et de corail. Signalons également que l'île était fréquentée par les phoques moines jusque dans les années 1970, une espèce aujourd'hui très rare dans les eaux de la Méditerranée.

Montecristo est aujourd'hui déshabitée, seuls quelques gardes forestiers y séjournent. Pourtant, jusqu'au XVIè siècle, elle fut le siège d'une communauté monastique, dont il reste aujourd'hui une ancienne abbaye ainsi que le monastère de San Mamiliano. La grotte où se serait abrité le saint est encore visible. Une seule construction est actuellement présente sur l'île, dans laquelle résident les gardes forestiers : la Villa Reale de Cala Maestra, construite par le propriétaire de l'époque, l'anglais Giorgio Watson-Taylor, qui abrite de nos jours un petit musée naturaliste.

Zone naturelle protégée et accès

L'Île de Montecristo est fortement protégée : en effet, tout le territoire appartient à la zone de protection 1, auquel s'ajoute le Rocher d'Afrique ou Affrichella, situé au large de l'île. La zone de mer qui encercle Montecristo jusqu'à 1 km de ses côtes, est inscrite dans la zone de tutelle 1 et la baignade y est interdite tout comme il est interdit de prélever du matériel végétal ou d'intérêt géologique.

Depuis 2019, les visites autorisées sur l'île ont augmenté grâce à un accord entre le Parc National et il Comando Carabinieri pour la protection de la biodiversité du Parc (Reparto Carabinieri Biodiversità di Follonica). Du 16 avril jusq'au 14 mai, l'accès sur l'île est interdit, pour protéger la faune ornithologique.

Les visites guidées se font le long d'itinéraires précis, et exclusivement en présence d'un guide autorisé.

De plus, il est possible, après autorisation, d'accéder à l'île à bord d'une embarcation privée. Dans ce cas, la visite se fera en compagnie des carabinieri forestali, uniquement dans le musée et dans la zone de Cala Maestra. L'accès est payant et limité : un seul bateau (inférieur à 16 mètres) par jour, avec un maximum de 15 personnes à bord et un maximum de 3 accès par semaine, pour éviter que ces visites se superposent avec le calendrier des visites guidées du parc. L'autorisation ne peut être délivrée ensuite à la même personne et au même bateau pendant deux ans. La demande doit être adessée directement au Reparto Carabinieri Biodiversité de Follonica.

Informations utiles

Reparto Carabinieri Biodiversità di Follonica 0566 40611 - 043591.001@carabinieri.it

Obtenez un devis gratuit